Installation photovoltaique : démarches administratives

Le soleil est une source d’énergie gratuite, écologique et parfois très abondante dans certaines régions. La production d’énergie via le photovoltaïque se développe en France et se révèle très économique. Mais l’installation de panneaux photovoltaïques doit respecter plusieurs réglementations : code de l’urbanisme, de la construction, de l’environnement, droit électrique…. Toute installation nécessite un certain nombre de démarches préalables. 1ère démarche : la mairie Dans un premier temps, il est conseillé de contacter la mairie pour connaître les éventuelles contraintes d’urbanisme de la zone. Un récépissé de permis de construire ou de déclaration préalable sera à remplir et à remettre à la mairie pour accord. Attention, si vous êtes situé dans un zone protégée ou dans le périmètre d’un site classé. 2ème démarche : EDF Il faudra ensuite faire une demande auprès d’EDF. Celle-ci portera sur une proposition technique et financière pour votre installation photovoltaïque. Le raccordement EDF consiste à réaliser un contrat de raccordement et d’exploitation qui comprendra : la demande de déclaration d’exploiter : une autorisation permettant d’exploiter l’installation photovoltaïque et devenir producteur d’électricité. l’obligation d’une obtention d’un certificat ouvrant droit à l’obligation d’achat de l’électricité produite. 3ème démarche : ERDF Les formulaires sont disponibles sur le site internet d’ERDF. Un portail informatique dédié au dépôt et au suivi des demandes de raccordement pour les installations inférieures ou égales à 36 kVA est disponible. La mise en service n’est possible que lorsque les travaux de raccordement sont achevés et que l’attestation de conformité est transmise à ERDF. A partir de la mise en service, EDF AOA (Agence Obligation d’Achat solaire) prendra contact avec vous pour réaliser le...

Énergie renouvelable au Royaume-Uni : objectifs 2020 sûrs d’être atteints

Le Royaume-Uni est bien partie pour atteindre ses objectifs d’énergie renouvelable, fixés pour 2020. Une grande phase a déjà été réalisée. En effet, entre juin 2011 et juin 2012, la production d’électricité à taux de carbone faible a été élevée de plus d’un quart. Cette hausse est attribuée aux projets d’énergie solaire et éolienne mis en œuvre par le gouvernement et ses partenaires. Ainsi, la production d’électricité par les sources d’énergie renouvelable est en augmentation de 27 % depuis Juillet 2011. Un rapport gouvernemental sur les énergies renouvelables est sorti en décembre 2012, relatant les performances du Royaume-Uni. Il annonce que 10 % de l’électricité générée durant cette période proviennent des énergies renouvelables. À noter que l’objectif 2020 du Royaume-Uni est de produire 30 % du total de l’énergie à partir de source renouvelable. L’augmentation des énergies renouvelables va poursuivre son élan, suivi de la baisse de la pollution et de la création de milliers d’emplois...

Le label « bâtiment biosourcé » pour favoriser l’éco-construction

Un nouveau décret n°2012-518 vient d’être divulgué en date du 21 Avril. Ce dernier annonce la nomination d’un nouveau label en matière immobilier appelé le bâtiment biosourcé. Ce nouveau label s’étale sur la création de nouveaux matériaux de construction bio. En effet, il s’agit de produits fabriqués à base des dérivés du bois, de la laine de mouton, du chanvre ou même de plume.  L’utilisation de ces matériaux sont ainsi encouragés car ils ont à la fois la qualité d’être isolant et permettent d’effectuer une grande économie d’énergie. Les bâtiments biosourcés représenteront donc très bientôt les logements de demain. Effectivement, les conditions environnementales actuelles méritent une prise de conscience mondiale. Ces éléments biosourcés font partie des solutions en plus de l’utilisation des énergies renouvelables. Toutes ses actions sont mises en œuvre dans le but de limiter l’émission de gaz à effet de serre. La création de ce label révèle ainsi la volonté des professionnels de la construction à la protection environnementale. Les critères d’attribution du label seront publiés dans un futur...

Une journée consacrée au solaire thermodynamique le 7 juillet prochain

Concrètement, le Solaire Thermodynamique est l’une des méthodes utilisées pour valoriser le rayonnement solaire concentré. C’est une manière de produire de l’électricité en utilisant seulement le rayonnement solaire direct. Ceci étant dit, l’ensoleillement direct français n’est pas suffisant pour envisager des projets sur le territoire national, l’une des raisons qui ont amené la France à se retirer peu à peu de ce secteur, et à abandonner ses efforts après avoir occupé une place importante au niveau des recherches en Europe depuis les années 80. Un marché en pleine croissance Mais aujourd’hui, à l’heure de la lutte contre le changement climatique et de l’augmentation des prix des énergies fossiles, cette forme de production d’électricité commence de plus en plus à jouer un rôle de tout premier plan dans certaines régions du monde, où l’ensoleillement est suffisant pour une bonne production d’électricité. Ce qui change progressivement la donne, et fait du marché de l’Energie Solaire Thermodynamique un marché en forte croissance. A savoir que l’Agence Internationale de l’Energie prévoit même que cette technologie produira vers les 11,3% de l’électricité mondiale vers les années 2050. Une journée dédiée à l’Energie Solaire Thermodynamique Cela a semé le désir des acteurs français à se repositionner pour notamment présenter leur savoir-faire, et pour offrir une offre à l’export dans le domaine de l’Energie Solaire Thermodynamique. Et c’est notamment pour cela que le Syndicat des Energies Renouvelables ou le SER* organisera ce 7 juillet prochain une journée spécialement dédiée à l’Energie Solaire Thermodynamique. Cette journée s’organisera autour de quatre grands thèmes, à savoir : le développement de l’énergie solaire à l’international, l’offre industrielle française à l’export, la...

Un simulateur des tarifs d’achat photovoltaïque sur le site du MEDDTL

L’arrêté publié le 5 mars dernier au Journal Officiel fixe les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie solaire photovoltaïque. Le nouveau dispositif de régulation photovoltaïque est basé sur un système de tarifs ajustés trimestriellement pour les installations de moins de 100 kW. Le tarif des autres installations sera déterminé sur les appels d’offres. Un délai de quinze jours à compter de la fin du trimestre sera accordé à chaque gestionnaire de réseaux publics d’électricité pour déposer à la Commission de régulation de l’énergie un bilan des demandes complètes de raccordement formulées sur son périmètre de gestion au cours du trimestre écoulé. Après ce bilan, le gouvernement arrêtera la valeur de l’ajustement trimestriel. Si le nombre de projets déposés répond à l’objectif prévu de 100 MW/an pour le segment résidentiel et 100 MW/an pour le segment non résidentiel, la valeur de l’ajustement consistera en une baisse du tarif d’achat de 2,6 %. En revanche, si l’affluence de nouveaux projets est moins importante, la baisse sera moins marquée, voire nulle. Pour faciliter le calcul du tarif d’achat du kWh de chaque trimestre, le Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) met à la disposition des internautes un simulateur pour calculer le tarif de rachat de l’électricité d’origine photovoltaïque accessible sur ce lien :...

Baisse du prix de rachat sur les grosses installations photovoltaiques

Le Journal Officiel a publié le mois dernier les textes réglementaires sur le nouveau cadre de régulation du photovoltaïque. Il comporte un système de tarifs ajustés trimestriellement pour les installations fournissant moins de 100 kW. Au delà, les nouvelles installations seront soumises à des appels d’offres. La qualité environnementale et industrielle des projets sera renforcée par l’obligation de recycler les produits en fin de vie à partir de l’été 2011 et l’obligation de fourniture d’une analyse de cycle de vie à compter du 1er janvier 2012. Les nouveaux tarifs de rachat de l’électricité d’origine photovoltaïque entrés en vigueur le  10 mars dernier sont fixés à 20 % en dessous du tarif valable depuis 1er septembre 2010. Ces tarifs seront rectifiés par trimestre en fonction des volumes de projets déposés et des baisses de coûts prévues et estimées à 10 % par an. Le Conseil Supérieur de l’Énergie et de la Commission de Régulation de l’Énergie a recommandé que le premier trimestre s’arrête le 30 juin 2011 pour une meilleure lisibilité des dates...