La RT 2012 et ses conséquences

La RT 2012 et ses conséquences

RT 2012 ou la nouvelle Réglementation Thermique adoptée pour les constructions neuves depuis janvier 2013 s’avère comme un tournant décisif dans le domaine de la construction de logements. Rappelons que les objectifs de cette réglementation consistent à la réduction de consommations énergétiques et les émissions de CO2, l’encouragement de nouvelles technologies ainsi que la contribution à l’indépendance énergétique. Elle exige la diminution de la consommation énergétique des habitations à un tiers de celle d’avant Concrètement, si la RT2005 permettait une consommation de 150kWh/m² par an, cette nouvelle réglementation impose aux bâtiments résidentiels et non résidentiels neufs 50kWh/m² définie par la Consommation conventionnelle d’énergie primaire (Cep). La Cep est un coefficient qui se réfère sur l’énergie consommée par le chauffage, l’éclairage des locaux, la ventilation, le refroidissement, l’eau chaude et les auxiliaires comme les circulateurs, les pompes etc. La Cep appliquée pour tel ou tel logement varie selon plusieurs facteurs : -la situation géographique de l’habitation : pour un habitat situé dans le Nord-Est, la Cep maximal atteint 65kWh/m². Par contre, elle se limite à 40kWh/m² dans la région Sud-Est. -la localisation géographique, l’altitude et la superficie de la surface habitable du logement Il faut noter que le calcul de la consommation d’énergie réelle reposant sur la Cep reste assez complexe car on doit prendre en compte non seulement les facteurs cités plus haut mais aussi la température de l’habitation, le temps moyenne de son occupation. En plus de la Cep, un autre coefficient qui est le besoin bioclimatique (Bbio) entre en jeu pour pouvoir calculer la consommation en énergie. A part les énergies que nécessite le logement, le Bbio d’autres données...
L’énergie et le logement

L’énergie et le logement

Que l’on emménage dans un nouveau logement ou que l’on fasse construire sa propre maison, la question du mode de chauffage se pose inévitablement. En effet, le chauffage constituant près de la moitié des dépenses énergétiques des ménages français, ce budget s’avère de plus en plus crucial à maitriser, notamment en période hivernale. Comment chauffer sa maison Malgré les hausses répétées des prix du gaz, celui-ci reste à ce jour l’énergie la moins chère et donc la plus utilisée par les consommateurs pour chauffer leur logement. Néanmoins, d’autres sources d’énergie s’offrent au consommateur français, notamment si le logement de ce dernier ne peut être raccordé au réseau de distribution du gaz. Toutes les explications sur la formation du prix du gaz ici. Ainsi, pour chauffer un petit espace, le chauffage électrique ou encore le chauffage au bois et la pompe à chaleur sont souvent privilégiés. A l’inverse, pour des habitations de surface importante – notamment si elles sont situées à la campagne – le consommateur est incité à privilégier le fioul. Enfin, le chauffage via les citernes de propane ne doit pas non plus être oublié. Comment isoler son logement Qui dit bonne isolation dit moins de chauffage… Et donc une facture d’énergie allégée ! Aussi, avant de construire, il convient de réfléchir à la meilleure façon d’améliorer la performance thermique de son logement : pose de double-vitrage, joints d’isolation aux fenêtres, isolation des combles etc.? Les énergies renouvelables L’utilisation des énergies renouvelables comme moyen de chauffage connait également une recrudescence ces dernières années puisque près de 41% des particuliers faisant construire leur maison optent pour cette solution. Géothermie, photovoltaïque, pompes...