Énergie renouvelable au Royaume-Uni : objectifs 2020 sûrs d’être atteints

Le Royaume-Uni est bien partie pour atteindre ses objectifs d’énergie renouvelable, fixés pour 2020. Une grande phase a déjà été réalisée. En effet, entre juin 2011 et juin 2012, la production d’électricité à taux de carbone faible a été élevée de plus d’un quart. Cette hausse est attribuée aux projets d’énergie solaire et éolienne mis en œuvre par le gouvernement et ses partenaires. Ainsi, la production d’électricité par les sources d’énergie renouvelable est en augmentation de 27 % depuis Juillet 2011. Un rapport gouvernemental sur les énergies renouvelables est sorti en décembre 2012, relatant les performances du Royaume-Uni. Il annonce que 10 % de l’électricité générée durant cette période proviennent des énergies renouvelables. À noter que l’objectif 2020 du Royaume-Uni est de produire 30 % du total de l’énergie à partir de source renouvelable. L’augmentation des énergies renouvelables va poursuivre son élan, suivi de la baisse de la pollution et de la création de milliers d’emplois...
L’énergie éolienne c’est quoi exactement ?

L’énergie éolienne c’est quoi exactement ?

Parmi la gamme d’énergies renouvelables, l‘énergie éolienne est l’une des plus simples à installer. Elle utilise l’énergie mécanique enclenchée par la force des déplacements de l’air, autrement dit le vent. Cela peut être, soit directement utilisé, soit transformé en électricité. Dans le premier cas, l’énergie mécanique alimente directement les machines. Cela vaut pour les moulins à vent destinés à moudre le grain, pomper l’eau, etc. Dans le second cas, l’énergie mécanique génère de l’énergie électrique pour le besoin des foyers. On parle alors d’éolienne, de convertisseur d’énergie éolienne ou encore d’aérogénérateur. L’énergie éolienne connait un essor fulgurant, surtout en Europe, en raison de ses avantages écologiques. En effet, cette énergie propre ne génère pas de déchets toxique, ni de CO2. Elle n’a donc aucun impact négatif sur la pureté de l’environnement, contrairement aux autres sources d’énergies comme le pétrole, le gaz et le charbon. C’est donc l’alternative idéale pour jouir de l’électricité sans...

Immobilier : le label national d’aménagement urbain « EcoQuartier »

Le label national d’aménagement urbain « EcoQuartier », concernant les principes du développement durable, vient d’être lancé par la ministre du logement Cécile Duflot. En rappel, ce dispositif est déjà en phase d’expérimentation depuis 4 ans, et a déjà donné lieu à 394 projets qui sont actuellement en phase pré-opérationnelle, pour un potentiel supérieur à 200 000 logements dont près de 66 000 logements sociaux. A savoir que sur les 186 projets les plus avancés, 133 000 logements sont programmés, dont 45 000 logements sociaux. L’objectif du label « EcoQuartier » est notamment de promouvoir une gestion responsable des ressources, de s’intégrer non seulement dans la ville existante mais aussi aux alentours, de participer au dynamisme économique, de proposer des logements de tous types pour tous, d’offrir des outils de concertation nécessaires pour parvenir à une vision partagée avec les divers acteurs de l’aménagement et les habitants dès la conception du quartier. A noter que le label « EcoQuartier » s’étendra progressivement et ambitionne d’être le vecteur pouvant mener à la construction de 500 000 logements chaque année, dont 150 000 logements...

L’OID a présenté son premier baromètre concernant la consommation énergétique

L’OID ou l’Observatoire de l’Immobilier Durable vient de présenter son premier baromètre concernant la consommation énergétique, cela à l’occasion du Salon de l’Immobilier d’Entreprise qui s’est déroulé à Paris porte de Versailles du 5 au 7 décembre dernier. Pour ce faire, l’OID a étudié un panel de 800 bâtiments tertiaires représentant un total de 5 millions de m² et 11 typologies de bâtiments, par rapport à 6 indicateurs : consommation énergétique réelle tous usages exprimés, performance énergétique intrinsèque, coût financier de l’énergie et de l’eau, indicateur de changement climatique correspondant aux émissions de gaz à effet de serre (GES) dues aux consommations énergétiques du bâtiment, eau consommée et déchets générés. De manière concrète, il en est ressorti que 53,5% des bureaux présentaient un DPE équivalent à E sur l’étiquette énergie (consommation entre 351 et 540 kWh énergie primaire/m²/an), et que les bureaux haussmanniens présentaient tout de même un fort taux d’émissions de gaz à effet de serre malgré une performance intrinsèque de par leur mitoyenneté, cela en raison de leur système de chauffage. A savoir que d’autres indicateurs de performance énergétique pourraient être ajoutés à l’avenir, pour compléter ceux ayant servis pour ce...

Pensez à nouveau au photovoltaïque

Pour les besoins énergétiques, plusieurs solutions sont disponibles sur le marché outre l’électricité fournie par EDF. La micro-cogénération et l’éolienne ont été notamment présentées mais ils affichent encore de nombreux inconvénients. Il ne reste que la photovoltaïque qui est considérée comme étant la plus rentable et la plus efficiente. La photovoltaïque est aujourd’hui une option à ne pas négliger pour satisfaire les besoins énergétiques car elle offre l’opportunité de se procurer les équipements d’installation nettement moins chers que deux auparavant.  Elle présente également une puissance considérable pouvant alimenter de manière satisfaisante toute une résidence. La photovoltaïque assure, en plus, une durée de vie au-delà de 20 ans avec une résistance à rude épreuve. En outre, elle dispose de composant d’une excellente qualité par rapport à quelques années. Côté installation, les professionnels se font de plus en plus nombreux rendant la recherche de plus en plus...