Photovoltaïque : les limites du système d’appels d’offre

C’est avec regret que l’association Enerplan, regroupant les professionnels de l’énergie solaire en France, constate les « limites » du système des appels d’offres concernant l’installation de panneaux photovoltaïques. Ce mercredi, l’association a donc mis en exergue ces « petits défauts » du système d’appels d’offres, mettant « en péril l’activité des entreprises du secteur ». D’après Thierry Mueth, président d’Enerplan, « il faut impérativement accélérer l’instruction des dossiers et assouplir le système d’appel d’offres au-dessus de 250 kWc, mais aussi le supprimer en deçà (pour) permettre aux entreprises de reprendre dès à présent leurs activités ». L’association regrette également que la CRE (Commission de régulation de l’énergie), ayant fait un premier état des lieux le 16 mars concernant les dossiers de candidature déposés, doive attendre le 31 mars pour que la liste complète des dossiers recevables soit transférée aux ministres compétents, notamment concernant les projets de puissance allant de 100 à 250 kWc. Enerplan de souligner que, « pour les projets supérieurs à 250 kWc, ce n’est que le 23 juin que la CRE transfèrera les dossiers complets au ministre qui sera (à cette date) en charge de l’Energie ». L’association d’ajouter ainsi que « les résultats de ces appels d’offres démontrent que le système n’est pas le bon outil pour stimuler la compétitivité et le développement de la filière solaire française ». Rappelons que les aides au solaire avaient été brutalement revues à la baisse l’année dernière, après que le gouvernement ait imposé un moratoire sur les nouveaux projets vers la fin 2010, conséquence du « succès incontrôlé » du dispositif précédent de soutien. En effet, ce...