Une journée consacrée au solaire thermodynamique le 7 juillet prochain

Concrètement, le Solaire Thermodynamique est l’une des méthodes utilisées pour valoriser le rayonnement solaire concentré. C’est une manière de produire de l’électricité en utilisant seulement le rayonnement solaire direct. Ceci étant dit, l’ensoleillement direct français n’est pas suffisant pour envisager des projets sur le territoire national, l’une des raisons qui ont amené la France à se retirer peu à peu de ce secteur, et à abandonner ses efforts après avoir occupé une place importante au niveau des recherches en Europe depuis les années 80. Un marché en pleine croissance Mais aujourd’hui, à l’heure de la lutte contre le changement climatique et de l’augmentation des prix des énergies fossiles, cette forme de production d’électricité commence de plus en plus à jouer un rôle de tout premier plan dans certaines régions du monde, où l’ensoleillement est suffisant pour une bonne production d’électricité. Ce qui change progressivement la donne, et fait du marché de l’Energie Solaire Thermodynamique un marché en forte croissance. A savoir que l’Agence Internationale de l’Energie prévoit même que cette technologie produira vers les 11,3% de l’électricité mondiale vers les années 2050. Une journée dédiée à l’Energie Solaire Thermodynamique Cela a semé le désir des acteurs français à se repositionner pour notamment présenter leur savoir-faire, et pour offrir une offre à l’export dans le domaine de l’Energie Solaire Thermodynamique. Et c’est notamment pour cela que le Syndicat des Energies Renouvelables ou le SER* organisera ce 7 juillet prochain une journée spécialement dédiée à l’Energie Solaire Thermodynamique. Cette journée s’organisera autour de quatre grands thèmes, à savoir : le développement de l’énergie solaire à l’international, l’offre industrielle française à l’export, la...

Un simulateur des tarifs d’achat photovoltaïque sur le site du MEDDTL

L’arrêté publié le 5 mars dernier au Journal Officiel fixe les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie solaire photovoltaïque. Le nouveau dispositif de régulation photovoltaïque est basé sur un système de tarifs ajustés trimestriellement pour les installations de moins de 100 kW. Le tarif des autres installations sera déterminé sur les appels d’offres. Un délai de quinze jours à compter de la fin du trimestre sera accordé à chaque gestionnaire de réseaux publics d’électricité pour déposer à la Commission de régulation de l’énergie un bilan des demandes complètes de raccordement formulées sur son périmètre de gestion au cours du trimestre écoulé. Après ce bilan, le gouvernement arrêtera la valeur de l’ajustement trimestriel. Si le nombre de projets déposés répond à l’objectif prévu de 100 MW/an pour le segment résidentiel et 100 MW/an pour le segment non résidentiel, la valeur de l’ajustement consistera en une baisse du tarif d’achat de 2,6 %. En revanche, si l’affluence de nouveaux projets est moins importante, la baisse sera moins marquée, voire nulle. Pour faciliter le calcul du tarif d’achat du kWh de chaque trimestre, le Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) met à la disposition des internautes un simulateur pour calculer le tarif de rachat de l’électricité d’origine photovoltaïque accessible sur ce lien :...